Éclairage public : quelles solutions peu énergivores ?

 Ragni_Logo_100322Nouveau quartier à Anglet (64) : les 70 lanternes adaptent leur flux lumineux à la présence d’usagers

Jérôme Ferraro, Responsable du bureau d’études de Ragni
En apportant confort et sécurité aux usagers de l’espace public, l’éclairage est un élément central de l’aménagement urbain. « Au-delà des niveaux lumineux à fournir, se pose désormais la question du coût de fonctionnement et donc des économies d’énergie, observe Pantxo Etchenique, Chargé d’affaires au sein de Coreba. Par exemple, nous avons récemment été missionnés sur une opération immobilière de 200 logements à Anglet (64). Pour réduire les consommations des SOLARLIGHT_V4 (1)70 candélabres de 60 W installés sur l’espace public, la luminosité y est pilotée par des détecteurs de présence. En l’absence d’usagers, les luminaires éclairent à 10 % de leur capacité. Dès qu’un mouvement est détecté, ils passent à pleine puissance, par groupe de dix. Sur ce projet, la variation fine de l’intensité lumineuse a été rendue possible grâce à l’éclairage LED. »

 « La LED réduit les consommations de 50 % et des gains supplémentaires sont possibles avec les capteurs de présence et de luminosité »

En parallèle à sa souplesse d’utilisation, cette technologie présente aussi un rendement énergétique élevé. « Aujourd’hui, la LED peut offrir une efficacité lumineuse de plus de 120 lumens/watt, explique Jérôme Ferraro, Responsable du bureau d’études de Ragni. Par rapport à un ballon fluo traditionnel, elle réduit les consommations électriques de 50 %. Et avec l’éclairage intelligent, mobilisant des capteurs de présence et de luminosité, des gains supplémentaires de 50 % sont possibles. »
R&D et travail de pédagogie
RAGNICes dernières années, parmi les nombreuses pistes étudiées pour améliorer ces performances, il y a eu les diodes elles-mêmes ou les optiques. Ceux-ci permettent de réduire les besoins en puissance, en orientant le flux lumineux pour l’adapter parfaitement au contexte urbain. Un autre champ de recherche, plus méconnu, a également été exploré : le refroidissement du module LED.

« Nous avons lancé les premières études thermiques il y a 8 ans, en partenariat avec Panasonic, précise Jérôme Ferraro. L’objectif est de limiter l’échauffement des diodes. Après plusieurs générations de solutions, nous avons conçu des systèmes de refroidissement périphériques, avec un radiateur apposé à l’arrière du PCB (circuit imprimé) du module. Le maintien d’une température sous 85° C a contribué à étendre la durée de vie des LED à 100 000 h, contre 40 000 h, il y a encore 8 ans. »

 Entre efficacité lumineuse et longévité, la LED s’est peu à peu imposée comme une solution idéale en matière d’économie d’énergie. « Le potentiel de l’éclairage LED reste encore trop méconnu, observe toutefois Jérôme Ferraro. En parallèle à notre démarche de R&D, il y a donc tout un travail de pédagogie à mener auprès des aménageurs et des prescripteurs. »

RAGNI
Chemin du Val Fleuri
Vallon des Vaux
BP2
06801 CAGNES-SUR-MER cedex
www.ragni.fr