Metha Treil (44) : un prestataire unique pour la production et l’épuration du biogaz

Metha Treil (44) : un prestataire unique pour la production et l’épuration du biogaz

« Avoir une seule interface nous a permis d’éviter les jeux de renvoi de responsabilités »

En décembre 2019, l’unité biogaz de la SAS Metha Treil, regroupant cinq exploitants agricoles, devrait injecter ses premiers Nm3 de biométhane sur le réseau, à Machecoul Saint Même (44). Pour mener à bien son projet, la SAS a fait appel à une entreprise ayant pris en charge l’ensemble des process de production et d’épuration du biogaz.

« Le fait de retenir un interlocuteur unique pour la conception et la réalisation de l’installation nous garantissait d’avoir une seule interface et d’éviter ainsi de tomber dans les jeux de renvoi de responsabilités, évoque Erwan Bocquier, Président de la SAS. Le choix s’est aussi porté sur l’entreprise proposant un mélange des digesteurs grâce à un système à pales. Nous avions visité plusieurs installations et cette solution nous semblait la meilleure, au regard de nos intrants. »

Parmi ces intrants, des effluents d’élevage, de l’ensilage de CIVE ou de maïs, des sous-produits maraîchers… Au total, plus de 16 000 tonnes seront valorisées, chaque année, par deux digesteurs de 1 800 m3 et un post-digesteur de 4 500 m3. Ce dernier offre la possibilité d’accroître la production, dans les années à venir.

Pour l’heure, il est prévu d’injecter 125 Nm3/h de biométhane. « Dans le secteur, il y a des entreprises et des maraîchers en demande de gaz vert, relève Erwan Bocquier. Nous récupérerons aussi du CO2, après l’épurateur. Celui-ci sera valorisé par des maraîchers. Nous chaufferons les digesteurs grâce à une chaudière biogaz et à la chaleur récupérée au niveau du liquéfacteur de CO2. Avec l’ensemble de ces mesures, nous visons un retour sur investissement de huit ans, en sachant que le projet n’a reçu aucune subvention. Les appels d’offres de l’ADEME tardaient à sortir et nous ne voulions plus attendre. »

Paroles de pro : « Des synergies positives »

« Il est toujours intéressant d’avoir la main sur l’ensemble de la conception-réalisation d’un site biogaz, dans la mesure où cela permet des synergies positives, observe Nicolas Dromer, Responsable Grands Projets d’agriKomp France. Par exemple, sur le site Metha Treil, la liquéfaction du CO2 permet de récupérer 1 % de biométhane supplémentaire, au moment de l’épuration du biogaz. »