France étuves, Bois énergie : la teneur en eau est « le » critère à prendre en compte

France étuves, Bois énergie : la teneur en eau est « le » critère à prendre en compte

Le séchage à l’étuve, méthode de référence pour déterminer le taux d’humidité du bois

Interview auprès de
France Etuves

 

 « De plus en plus d’acteurs de la filière bois ont recours à cette méthode. »

En matière de chauffage au bois, outre l’essence retenue, la teneur en eau du bois est « le » critère à prendre en compte, dans le choix du combustible. En effet, le taux d’humidité conditionne directement le pouvoir calorifique inférieur (PCI) du bois. Ce taux a aussi une influence sur la conservation des stocks de plaquettes de bois. Les producteurs de bois et, plus encore, les exploitants de chaufferies ont donc tout intérêt à connaître le taux d’humidité du combustible consommé. Au-delà de l’évaluation de la qualité de la livraison, les seconds pourront éventuellement ajuster les paramètres de combustion.

L’enjeu est de taille, puisqu’un bois trop humide présente plusieurs écueils : une perte de rendement – le bois utilisera en premier lieu son pouvoir calorifique pour évaporer l’eau, avant de dégager de la chaleur –, une combustion polluante et un risque d’encrassement accru des installations (foyer, échangeurs et cheminée).

La mesure du taux d’humidité

Il existe diverses façons pour déterminer la teneur en humidité du bois. Pour le bois déchiqueté ou broyé, la méthode de séchage à l’étuve, jusqu’à poids constant, fait référence. Le point sur le sujet avec Dorothée Vignot, Responsable commerciale de France Etuves :

Comment se déroulent les mesures réalisées à l’aide d’une étuve ?

Un échantillon est prélevé sur le bois livré. En laboratoire, cet échantillon est pesé, avant d’être chauffé à l’étuve pour y être séché. Il est ensuite repesé, jusqu’à atteindre une masse constante (selon la méthode décrite dans la norme NF EN 14774, le séchage est arrêté lorsque la masse de l’échantillon varie de moins de 2 % après une période supplémentaire de chauffage de 60 minutes). Le delta avec la première pesée permet de mesurer la perte en eau de l’échantillon, et donc d’en déterminer le taux d’humidité initial.

Ce test semble simple à effectuer…

Oui, d’autant qu’il repose sur une application basique de l’étuve. De plus en plus d’acteurs de la filière bois ont ainsi recours à cette méthode. Pour autant, il convient de garder à l’esprit que l’étuve doit assurer un renouvellement suffisant de l’air, pendant le test. Dans le cas contraire, l’eau évaporée n’est pas évacuée, ce qui faussera les résultats.

www.france-etuves.com

valeurenergie.com/category/bois-energie/