Centrales Next Complément de Rémunération

Complément de Rémunération : une électricité renouvelable intégrée au meilleur coût

CRE5 : les premiers méthaniseurs en vente directe en 2019-2020 ?

Louison Pairet,

Directrice France

Centrales Next

« Les risques seront supportés par des acteurs privés et non étatiques. »

Apparu en 2016, en quoi le Complément de Rémunération (CR) pour la vente d’électricité renouvelable a-t-il modifié le marché français de la méthanisation ?

Centrales Next Pour l’heure, seules les installations lauréates de l’Appel d’offres (AO) CRE5, d’une puissance de 500 kWe à 5 MWe, peuvent bénéficier du CR. Mais aucune des installations lauréates en mars 2017 n’a encore été construite. La situation pourrait évoluer, une fois ces sites raccordés, puisque les exploitants devront alors chercher un agrégateur pour la prévision et la valorisation de leur électricité sur les marchés financiers. Une fois notifiés, les lauréats de l’AO ont trois ans pour mettre leurs méthaniseurs en service. Les premiers d’entre eux sont attendus pour 2019-2020.

Quels sont les avantages de la vente directe ?

Centrales Next Les risques associés au trading d’électricité renouvelable seront supportés par des acteurs privés et non étatiques. De nombreux pays européens ont déjà mis en place un système équivalent au CR. Cela permet de réduire les coûts liés à l’intégration des ENR au réseau, à travers la compétition qui a émergé entre agrégateurs. De plus, les marchés à court terme deviennent de plus en plus liquides, à mesure que les systèmes de soutien, tels que le CR, sont mis en place. En effet, les traders / agrégateurs vont passer des ordres de vente en fonction de leurs prévisions de production, mais également en fonction des corrections apportées à ces prévisions.

La vente directe complexifie-t-elle le quotidien du méthaniseur ?

Centrales Next  Non, la production d’électricité et son injection sur le réseau sont inchangées. La seule différence pour l’exploitant réside dans le fait que, contrairement à l’Obligation d’Achat (OA), il valorise désormais son électricité sur les marchés financiers. Il perçoit un prix moyen, versé par l’agrégateur et complété par une Prime à l’énergie, versée par EDF. Avec ces deux flux, le producteur percevra le montant exact qu’il a obtenu par AO, appelé « Tarif de référence ». A noter que le producteur est tenu d’informer son agrégateur des périodes de maintenance de son installation ou des pannes, ce qui permet à l’agrégateur d’adapter ses prévisions de production et donc ses ordres de vente sur les marchés.

www.centrales-next.fr