Vision et prospectives à l'horizon 2030/2050

Claire Ingremeau
Claire Ingremeau Chargé de mission ATEE – Club Biogaz

Depuis la révision des tarifs d’achat de l’électricité produite à partir de biogaz en 2011, la filière biogaz s’est développée et fait parler d’elle. La filière évolue, le biogaz était initialement principalement issu des centres de stockages de déchets (ISDND), des stations d’épuration et de la méthanisation des déchets en industries. Les nouveaux sites sont aujourd’hui agricoles, construits à la ferme ou sur un espace dédié lorsqu’ils rassemblent les matières d’acteurs plus nombreux, agricoles ou non. Ces évolutions s’accompagnent de changements sur la structuration de la filière, avec l’apparition d’acteurs et de technologies nouvelles adaptées au marché français et à ses spécificités vis-à-vis de la méthanisation agricole chez nos voisins européens : multiplicité des intrants, matières pailleuses, absence de soutien aux cultures énergétiques dédiées.
Afin de contribuer à une meilleure visibilité du biogaz auprès du grand public et des acteurs décisionnels, le Club Biogaz a actualisé en 2014 son étude sur l’emploi. En effet, le maillage d’emplois locaux créés par cette filière (exploitation, maintenance, conception et construction) constitue un atout supplémentaire en faveur de cette énergie renouvelable. Au total, pour la production d’électricité et de chaleur/biométhane ainsi que pour l’injection et la distribution de carburants, ce sont plus de 10 000 emplois de développement/construction et 5000 emplois permanents d’exploitation/maintenance qui auront été créés à l’horizon 2020 si les objectifs du plan national d’action en faveur des énergies renouvelables est atteint.
Le potentiel de la filière biogaz fait l’objet d’un travail spécifique dans le cadre de la Programmation Pluriannuelle de l’Energie. Il s’agit d’étudier le potentiel de l’ensemble des énergies aux horizons 2018 et 2023 pour permettre de décliner de façon opérationnelle les orientations de la politique énergétique fixées par le projet de loi relatif à la transition énergétique pour la croissance verte.
Une volonté politique forte est affichée pour soutenir le développement de la filière biogaz. Constatant que ce développement n’était pas en accord avec les objectifs publics, le Club Biogaz a alerté les pouvoirs publics en 2014 et proposé des mesures dans son « livre blanc du biogaz » (en accès libre sur www.biogaz.atee.fr). Définition d’une stratégie claire pour la filière, réflexion sur le niveau de soutien tarifaire, propositions réglementaires pour fluidifier les actes administratifs, développement du biométhane carburant (bioGNV) : 50 propositions répondent à un certain nombre de besoins de la filière. La Comité National Biogaz, objet de la première proposition, a été lancé le 24 mars par le ministère de l’écologie. Les 4 groupes de travail qui le constituent doivent se réunir régulièrement en 2015 pour travailler les sujets mis en lumière par le livre blanc. Premier chantier important : la révision du mécanisme de soutien de l’électricité produite à partir de biogaz. Un nouveau cadre est prévu dès 2016 avec un soutien différencié selon les puissances électriques : tarif d’achat, prix de marché et complément de rémunération, et appel d’offre.