Saint Brieuc : la Maison du petit Enfant Le Cerf-volant certifiée Bâtiment Passif

La Ville de Saint Brieuc a souhaité que la Maison du petit Enfant Le Cerf-volant soit certifiée Bâtiment Passif. Les échanges avec l’organisme certificateur Maison Passive France ont donc commencé dès l’esquisse pour répondre à cet objectif ambitieux : un besoin en énergie de chauffage inférieur à 15 kWh/(m2.an) – une perméabilité à l’air de l’enveloppe n50 inférieure à 0,6/h-1 – une consommation totale en énergie primaire inférieure à 120 kWh/(m2.an). Contrairement à la réglementation thermique 2012, une obligation de résultat sur le bâtiment achevé est demandée. Cette démarche a donc entraîné une forte implication du maître d’ouvrage, des futurs usagers, de l’architecte et des entreprises.

 La conception
Le bâtiment est constitué d’une enveloppe en béton isolée par l’intérieur, sans ponts thermiques et couverte de panneaux en bois végétalisés. Les isolants varient de 20 cm en sol à 40 cm en toiture et sont placés dans la continuité de menuiseries performantes mixtes bois/aluminium à triple vitrage.
En hiver, des panneaux rayonnants couplés à une chaudière gaz à condensation de 20kW permettent de préchauffer l’air. La CTA double-flux avec récupération de chaleur gère les flux d’air et garantit un air sain dans le bâtiment.
Une des difficultés de ce projet a finalement été de compenser les contraintes réglementaires d’un bâtiment accueillant la petite enfance avec des demandes de Maison Passive parfois en opposition avec l’usage. De nombreuses discussions pointues sur les détails du calcul PHPP ont finalement abouti à un résultat qui garantit la qualité énergétique du bâtiment et le confort des futurs usagers.

Le chantier
Construire un bâtiment passif nécessite d’aborder le chantier différemment avec une présence sur site importante et une parfaite connaissance de nouveaux matériaux. Il faut travailler en amont avec toutes les entreprises qui doivent fournir leurs détails et toutes les fiches matériaux avant exécution. Elles doivent établir des contrôles permanents et former leurs équipes.
Trois tests d’étanchéité ont été réalisés pour vérifier que les choix de conception étaient pertinents et que la mise en œuvre avait été suffisamment précautionneuse. Ils ont permis de repérer et rectifier les fuites parasites dégradant les performances énergétiques du bâtiment.
La labellisation est une contrainte forte qui engage tous les acteurs de la construction mais c’est aussi la valorisation d’un travail précis et rigoureux engagé pendant presque deux ans. Le personnel encadrant, les familles et les agents de maintenance seront régulièrement informés sur le bon usage du bâtiment afin qu’il puisse tenir ses belles promesses sur le long terme.