Membrane Systems Europe – Stockage de biogaz : du nouveau pour les gazomètres à double membrane

 

Umenbrane systeme europe 2ne enveloppe interne complètement fermée pour une étanchéité renforcée.

En matière de stockage de biogaz, les gazomètres à double membrane font aujourd’hui référence. Pour être plus précis, il conviendrait de parler d’une poche interne sous une membrane externe laquelle assure à la fois une contrepression et une protection contre les éléments climatiques.

« En règle générale, l’étanchéité de la membrane interne se fait au niveau du profil boulonné.menbrane systeme europe En utilisant une enveloppe interne à la place d’une membrane, l’étanchéité est assurée par la l’enveloppe elle-même, et la surface d’étanchéité, donc les risques de pertes d’étanchéité, sont ainsi largement diminués, évoque Jean-Frédéric Fanton, Directeur commercial « France » chez Membrane Systems Europe. Les deux « membranes » sont fixées au niveau de la plateforme béton au même profilé boulonné.  À cela s’ajoute l’imperméabilité de nos toiles armées enduites PVC qui est inférieure à 400 cm3/m2/bar/jour. Les toiles sont assemblées par soudures à Haute Fréquence et reçoivent un traitement d’ininflammabilité.

Pressions et accessoires
Rappelons que les profils boulonnés – contrairement aux fixations tubulaires pouvant être utilisées pour la fixation des couvertures double membrane – permettent d’augmenter la pression dans les gazomètres. « En moyenne, les pressions d’usage se situent entre 25-30 mbar. Nos solutions peuvent aller jusqu’à 50 mbar, c’est-à-dire des pressions que l’on retrouve sur des unités de méthanisation dmenbrane systeme europe 1e stations d’épuration ou de sites industriels, précise Jean-Frédéric Fanton. Nous sommes en mesure de fournir des gazomètres de 20 à 15 000 m3,  » Actuellement, parmi les 150 références dans un vingtaine de pays du fabricant, la plus importante se situe à Davyhulme (Grande-Bretagne), avec deux gazomètres  de 9 000 m3 chacun. Les formes sont hémisphériques ou de façon plus courante en ¾ de sphère. Pour fixer les idées, en ¾ de sphère, un gazomètre de 1000 m3 représente une « bulle » de près de 10 m de haut, 13 m de diamètre à l’équateur et 11 m au sol.
Le gazomètre doit aussi intégrer une gamme complète d’accessoires : un ventilateur pour insuffler de l’air entre les enveloppes, une soupape de sécurité pour cet air et une autre pour le contrôle de la pression du biogaz, etc. « De nombreuses options sont également envisageables, comme des appareils de mesure radar pour mesurer la différence de hauteur entre les membranes et en déduire le volume de gaz, complète Jean-Frédéric Fanton. Des systèmes de détection de fuite de méthane ou des parafoudres* peuvent aussi être mis en œuvre. » Autant de solutions qui permettent de sécuriser le stockage du biogaz au quotidien…