l’optimisation du système HACV peut générer 30 % d’économies d’énergie

Une régulation centralisée avec un retour sur investissement rapide

Aujourd’hui, 30 % de la consommation d’énergie européenne est destinée au chauffage et à la climatisation des immeubles. Chaque année, ces postes représentent ainsi une dépense de 240 milliards d’euros pour les foyers européens. Par ailleurs, le bâtiment a un lourd impact environnemental, puisqu’il est responsable de 36 % des émissions de CO2 au sein de l’UE. Pour pallier ces problèmes, des améliorations en efficacité énergétique peuvent être déployées. Parmi elles, la bonne régulation des systèmes de chauffage, de climatisation et de ventilation (HVAC). Une approche qui relève d’autant plus du bon sens que le mauvais fonctionnement de ces systèmes augmente sensiblement leur besoin en énergie.

Le cabinet de conseil Ecofys, qui vient de publier une étude consacrée à l’utilisation énergétique des bâtiments, a établi que l’optimisation des systèmes HVAC peut générer 30 % d’économies en moyenne. Et ce, en déployant des mesures simples et innovantes qui permettent d’envisager un rapide retour sur investissement. Concrètement, il s’agit de mettre en place un système de régulation centralisé qui pilote l’ensemble des utilités HVAC d’un immeuble. Ce système renforcera non seulement l’efficacité énergétique du bâtiment, mais apportera également à ses occupants des éléments de suivi de leurs consommations.

Concernant le chauffage des espaces, la régulation centralisée agit sur la commande individuelle des pièces, l’équilibrage hydraulique automatique ou les pompes avec vitesse variable. Pour la climatisation, elle assure le contrôle individuel des chambres et des compresseurs à vitesse variable. Pour la production d’eau chaude, elle effectue un équilibrage thermique automatique. Enfin, pour la ventilation, elle assure le contrôle de la demande variable.