KWB : Attention à l’amalgame entre poêle et chaudière !

KWB LOGO Avec un coût du KWh au moins deux fois moins élevé que les énergies fossiles, la biomasse séduit, mais attention à bien choisir son système…

Denis Schultz, Directeur de KWB France

Le chauffage au bois automatique – offrant une simplicité d’utilisation identique au fioul ou au gaz, avec son stockage facilité et un fonctionnement automatisé – séduit de plus en plus de particuliers et de collectivités. En effet, en comparaison avec les énergies fossiles, le coût du KWh est au moins deux fois moins élevé avec la biomasse. Ainsi, depuis quelques années, le granulé est particulièrement plébiscité, avec une croissance portée par les nouvelles installations de poêles. Pour

les chaudières, la tendance est plus modérée, notamment en raison des investissements induits plus importants. Cette filière souffre donc de la crise économique actuelle, sans compter que les projets des collectivités ont été mis entre parenthèses, durant la période électorale.

KWB 1

« Le poêle à granulés trouve toute sa pertinence dans le neuf, pour le marché du particulier, où les besoins en chauffage sont plus limités, alors que la chaudière – à granulés  ou à bois déchiqueté – est davantage adaptée à la rénovation de systèmes anciens couvrant des besoins importants, explique Denis Schultz, spécialiste en chaudière biomasse. Le deux systèmes ne répondent donc pas aux mêmes attentes, pourtant trop de personnes font encore l’amalgame entre eux. Certains achètent ainsi un poêle, sans se poser la question de la pertinence technique. On tombe parfois sur des situations aberrantes, comme ce pavillon de 150 m2 chauffé exclusivement par un appareil à granulés. Celui-ci, installé dans le salon, en consomme 10 tonnes par an. Ce n’était donc pas forcément la solution la plus pratique et la plus propre. »
Bois ou granulé : pourquoi choisir ?
Dans l’hypothèse d’un choix tourné vers la chaudière biomasse, le maître d’ouvrage aura encore à se poser la question du combustible : bois déchiqueté ou granulé ? Le premier, moins cher à l’utilisation, permet d’amortir un coût d’installation plus important. Il est donc généralement sollicité sur des projets de grandes puissances.
Mais il peut y avoir des exceptions. « Il arrive que le génie civil lié à l’approvisionnement et au stockage rende le granulé plus pertinent, même sur de grosses installations, observe Denis Schultz. En effet, le granulé étant plus dense que le bois déchiqueté, il occupe un volume trois fois moindre. Chaque projet est donc un cas bien particulier pour le choix du combustible. Très prochainement, il sera aussi possible de ne plus avoir à trancher la question, puisque nous allons proposer une chaudière permettant de brûler indifféremment du bois ou du granulé, en atteignant des puissances de 120 kW. »

KWB FRANCE
13 rue Curie
68000   COLMAR
Tél.03 89 21 69 65
www.kwb-france.fr