Individualisation des mesures de chauffage : des résultats concrets !

Individualisation des mesures de chauffage : des résultats concrets !

Copropriété de 22 logements : 8 000 litres de fioul économisés

Alors que certains copropriétaires doutent encore de l’efficacité des appareils qui permettent l’individualisation des frais de chauffage, dans les immeubles dotés de chaudières collectives, une résidence de Neuilly-sur-Seine – 22 logements construits dans les années 1930 – a franchi le cap, dès 2014. « Nous avions des charges annuelles de 1 300 à 1 400 € pour le chauffage de logements de 65 m2, explique Jacqueline Saba, Présidente du Conseil Syndical. Me concernant, avec l’individualisation, la facture est passée à 700 €. Les consommations globales ont également baissé : en 2013, nous avons acheté 23 000 litres de fioul, contre 15 000, l’année suivante. »

Comment un tel gain a-t-il été possible ? Tous les radiateurs de la copropriété ont été équipés de répartiteurs de frais de chauffage. Comme leur nom l’indique, ils permettent une répartition des charges au niveau de chaque logement, en fonction des consommations mesurées. « Pour l’établissement des factures, 30 % des charges sont mutualisées au titre des parties communes et de la déperdition de chaleur dans les colonnes, précise Jacqueline Saba. De ce fait, la baisse observée des consommations globales profite à tous. Des résidents réalisent aussi des économies plus poussées, grâce à l’adoption de nouvelles habitudes. »

Par exemple, certains d’entre eux chauffaient leur appartement à 23°C. Dans ce cas, il est possible de baisser un peu la température, tout en préservant un bon niveau de confort. Rappelons qu’1°C en moins, c’est 7 % d’économies. D’autres pensent désormais à baisser le chauffage quand ils s’absentent quelques jours. D’autres encore ont profité d’abattements fiscaux pour installer du double vitrage, afin de réduire leur facture. De tels changements auraient-ils été possibles sans l’individualisation des mesures ?

Paroles de pro : « Un parc privé en retard »

« En France, deux tiers des bâtiments concernés par l’impératif légal d’individualisation des frais de chauffage sont des copropriétés et, contrairement aux bailleurs sociaux, le parc privé a tardé à se lancer, observe Emmanuel Croc, Président d’Ocea Smart Building. Ce retard a vocation à être rattrapé, puisque les bâtiments les plus énergivores doivent être équipés, dès cette année. »

www.ocea-smart-building.fr

http://valeurenergie.com/category/smart-grid/