Les transporteurs d’énergie, acteur de la transition énergétique

Interview auprès de Mr Mazon Amaury
Délégué Territorial Centre Atlantique
Grtgaz

– Quel est le rôle du transporteur d’énergie ?

Entreprise de service public, GRTgaz construit, entretient et développe le réseau de transport de gaz naturel sur la majeure partie du territoire français.

GRTgaz transporte le gaz de ses clients expéditeurs dans les meilleures conditions de sécurité, de coût et de fiabilité vers les consommateurs de gaz : les industriels directement raccordés au réseau de transport et les particuliers, collectivités et entreprises desservis par les réseaux de distribution publique, eux-mêmes alimentés par le réseau de transport.

Le réseau de GRTgaz, constitué de 32000 kms de canalisation et situé au cœur de l’Europe, est connecté aux réseaux de transport des pays voisins, aux terminaux méthaniers des façades atlantique, méditerranéenne et de la mer du Nord qui peuvent recevoir du gaz naturel liquéfié du monde entier. Il permet ainsi d’accéder à des sources de gaz diversifiées et facilite les échanges de gaz à l’échelle européenne. GRTgaz contribue ainsi à la sécurité énergétique de la France et de l’Europe et à la construction d’un marché du gaz naturel intégré, efficace et compétitif.

Acteur de la transition énergétique, GRTgaz  s’engage aux côtés des territoires dans le développement des nouveaux usages du gaz et l’émergence de filières d’avenir (conversions dans l’industrie, biométhane, gaz carburant, Power to Gas…).

– Le biogaz se développe, pouvez vous me dire sa part de marché concernant l’injection  réseau ?

Avec 216 GWh produit et 26 sites d’injection à fin 2016, le biométhane représente aujourd’hui une part minime de la consommation de gaz naturel en France (environ 0,5%) mais il se développe très rapidement (+162% en 2016 par rapport 2015). La Loi de Transition Énergétique pour la Croissance Verte (LTECV) fixe un objectif de 10 % la consommation de gaz renouvelable à l’horizon 2030 qui est tout à fait atteignable si l’on s’en donne les moyens. Ainsi,  à fin 2016, les 241 projets d’injection déjà inscrits dans la file d’attente, représentent une capacité de production de 5 TWh/an, soit plus de 10 fois la capacité déjà installée et plus de 1% de la consommation. Sur les régions de la façade Atlantique, Bretagne et Pays de la Loire notamment, les projets connus permettent d’envisager 3 à 4% de la consommation régionale assurée avec du biométhane dès 2020 !

– Quelle est l’évolution de GRTGAZ sur le développement du biogaz ?

GRTgaz est engagé dans le développement du biométhane à la fois en accompagnent les projets qui souhaitent se raccorder à son réseau tel que le projet Gastines Biogaz à Combrand (79) qui devrait pêtre mis en service en 2018 mais aussi en préparant dès à présent les réseaux à accueillir davantage de biométhane. En effet, même si le biométhane en est à ses débuts, certaines zones approchent déjà de la saturation ou ne permettent pas d’accueillir un premier projets, les consommations locales étant trop réduites l’été. Cette année GRTgaz lancera les premières expérimentations d’installation de rebours en France qui permettent le remonter le biométhane produit par des sites raccordés au réseau de distribution mais qui ne pourrait pas être injecté faute de consommations locales suffisantes.

GRTgaz est également très impliqué dans le développement de la filière au sein du Club Biogaz de l’ATEE, du GT injection ou encore du Think Thank France Biomethane. En territoire, GRTgaz contribue activement aux dispositifs d’animations locaux comme par exemple le club des injecteurs du Poitou-Charentes en Nouvelle Aquitaine.

– Vous intervenez sur Expobiogaz  à Bordeaux en Nouvelle Aquitaine, comment êtes vous implanté dans la région ?

GRTgaz est historiquement implanté en Nouvelle Aquitaine avec plus de 160 collaborateurs et notamment le site d’Angoulême qui en compte plus de 130 à lui seul. Nous comptons 2888 kms de réseaux et 3 stations de compression qui permettent de livrer près de 15 TWh de gaz à 988 communes desservies en gaz par 3 gestionnaires de réseaux de distribution (GRDF, Seolis et SOREGIES) et une cinquantaine de clients industriels directement raccordés dans les départements des anciennes régions Limousin et Poitou-Charentes, ainsi que dans le département de la Dordogne. Le transport de gaz est assuré sur reste de la région par TIGF avec lequel nous contribuons ensemble à la sécurité d’approvisionnement en gaz de la France depuis le milieu des années 50.