glsi sécurité incendie

glsi sécurité incendie Investir dans la sécurité des équipements biomasse

Un système de vidéothermie prévient les départs de feu dans les silos à bois

glsi sécurité incendieEntretien avec Grégory Legros, Fondateur et co-gérant, glsi-securite-incendie

Il faut évaluer les risques afin de déterminer les types de technologies efficaces

 

Votre entreprise est spécialisée dans la conception, l’installation, la mise en service et l’entretien des systèmes de sécurité incendie pour l’industrie notamment. En matière de prévention des risques des chaudières biomasse, quelles sont les contraintes que vous rencontrez ?glsi sécurité incendie

glsi sécurité incendie :De manière générale, la sécurité incendie est soumise à la réglementation des installations classées lorsqu’il s’agit d’équipement pouvant accueillir du public. Pour autant, cette réglementation ne s’applique pas à l’industrie ni aux équipements biomasse. Il n’y a aucune obligation réglementaire à prévenir contre les risques d’incendie ou d’explosion. Néanmoins, les constructeurs et les assureurs incitent à le faire pour éviter les risques et surtout les importants dommages sur les personnes, l’environnement et la production.

Quels équipements peut-on alors proposer ?

glsi sécurité incendieglsi sécurité incendie : Les chaufferies gaz doivent répondre à une réglementation de base en matière de prévention des risques à partir de 2MW de puissance. Ce qui est absurde car quelle que soit la puissance, les risques existent. Jusqu’à 20 MW de puissance, les chaufferies gaz doivent être semi enterrée ou enterrée et posséder des détecteurs incendie. Il faut s’appuyer sur ces normes pour les chaudières biomasse. Ainsi, il est nécessaire d’évaluer d’abord les risques afin de déterminer les types de technologies à mettre en place, en fonction des budgets. Il s’agit de mettre au jour le type de câblage et la façon dont tout cela va être installé. Des câbles anti feu, qui restent non accessibles et entièrement protégés et à bonne distance du chemin des câbles à haute tension. C’est la manière la plus optimale de penser le système de prévention des risques incendies et explosion.

D’autres technologies peuvent venir en complément ?

glsi sécurité incendie : Oui, la sécurité incendie, c’est l’association de plusieurs matériels. La centrale de détection, avec des déclencheursglsi sécurité incendie manuels, des détecteurs de fumée, des appareils de la même marque pour pouvoir être connectés entre eux. En revanche, pour les chaudières biomasse, c’est différent. L’environnement est poussiéreux, ce qui peut provoquer des déclenchements intempestifs d’alarme. La concentration en monoxyde de carbone est très élevée, tout comme la température et la condensation. Les détecteurs de fumée peuvent ainsi se lancer sans qu’il y ait de départ d’incendie. Pour palier ces problématiques à l’intérieur des silos de stockage du bois, nous avons mis au point un système de vidéothermie paramétré en fonction de la température. A cela s’ajoute une détection du monoxyde de carbone par aspiration qui analyse l’air ambiant. Si la prévention des risques est souvent la cinquième roue du carrosse, il ne faut pourtant pas lésiner sur ces investissements. C’est une assurance sur l’avenir.

plus d’info

http://www.glsi-securite-incendie.fr/  

Interview / Propos recueillis par Violaine Pondard