Girodin-Sauer – Injection de biométhane : les solutions des industriels de la compression

girondin sauer logoPour une gestion otimisée des unités de méthanisation… Et même du réseau de gaz ?

La méthanisation mobilise fréquemment des solutions techniques issues d’autres secteurs industriels.
Concernant l’injection de biométhane, c’est notamment le cas pour les compresseurs, dont le rôle sera de porter les gaz à une pression suffisante pour être injecté dans les réseaux de distribution ou de transport. Cerise sur le gâteau : les industriels de la compression peuvent aussi apporter des réponses aux gestionnaires de ces réseaux de gaz sur la question du stockage.

Une chaîne d’injection optimiséegirondin sauer 1
Au niveau d’un site de méthanisation, il est fréquent de trouver deux compresseurs. Le premier injectera le biogaz dans les membranes pour y être purifié. Le second sera chargé d’injecter le biométhane dans le réseau. Or, il est possible d’optimiser cette chaîne, en déployant un seul compresseur.
« Nous avons développé des solutions dédiées à la méthanisation, à partir de nos gammes « moyenne et haute pression », explique Marc Geffray, Ingénieur commercial en charge des applications « Gaz » chez Girodin-Sauer. Cela nous permet de répondre aux besoins d’unités produisant de 200 à 400 Nm3/h. Cela nous permet aussi de proposer un seul compregirondin sauer 2sseur pouvant alimenter les membranes, puis injecter le biométhane dans le réseau de distribution jusqu’à 22b. À la clé, l’investissement et les frais d’entretien sont réduits. En termes de plages d’utilisation, nos compresseurs permettent de réaliser une injection sur les réseaux de transport, exploités à des pressions de 67,7 bars. »

Vers des stockages plus souples sur les réseaux
Justement, la pression au sein des réseaux conditionne leurs capacités de stockage. Aux extrémités d’un réseau – comme la pointe Bretagne, par exemple girondin sauer 3–, ces pressions peuvent descendre à 4 bars. Les conditions de stockage n’y sont donc pas idéales. « Ces problématiques constituent actuellement un frein pour le développement de l’injection, observe Marc Geffray. La bonne nouvelle, c’est que des solutions de compression existent pour remonter le biométhane vers des secteurs qui présentent des pressions plus élevées. » Reste aux gestionnaires de réseaux et aux pouvoirs publics à mettre à plat les questions administratives. En effet, des telles applications n’ont pas de cadre réglementaire claire, à l’heure actuelle.

girondin sauer

GIRODIN SAUER
16 Chemin des Bas des Indes,
95240 Cormeilles-en-Parisis
Tél. 01 34 11 76 10
www.girodin-sauer.com