France Evaporation, Evapo-concentration : toutes les solutions ne se valent pas !

France Evaporation, des références visitables et donnant entière satisfaction 

france evaporation

Interview auprès de Timothée Rohart, Ingénieur Process chez France Evaporation

« Une solution brevetée pour l’injection de biométhane »

Les technologies permettant de réduire les volumes de digestat sont-elles maîtrisées ?

France Evaporation : Oui, elles le sont, mais toutes ne présentent pas les mêmes performances. Il faut rappeler que de nombreuses unités de méthanisation ont eu des retours d’expérience non satisfaisants en la matière. Aujourd’hui, nos équipes sont régulièrement sollicitées par des exploitants pour adapter leurs installations de traitement de digestat, voire les remplacer. La bonne nouvelle, c’est que les acteurs de la filière peuvent désormais visiter des références qui donnent entière satisfaction à leurs exploitants. A ce titre, nous avons aujourd’hui une dizaine d’installations qui fonctionnent et atteignent les performances attendues par le client.

Quels sont les résultats potentiels en termes de réduction des volumes de digestat ?

France Evaporation : L’efficacité du traitement dépendra essentiellement de la technologie d’évapo-concentration déployée. Celle-ci intervient sur la partie liquide du digestat, obtenue après une séparation de phase réalisée sur le digestat brut. Beaucoup de systèmes se limitent à concentrer de l’ordre de 12 % des matières sèches, quand il est possible d’atteindre un taux de 30 %.

Ces technologies peuvent-elles être déployées sur des sites dont la finalité est l’injection de biométhane sur le réseau ?

france evaporation

France Evaporation : D’ordinaire, l’évapo-concentration mobilise de la chaleur issue du moteur de cogénération. Jusqu’à récemment, l’absence de cette énergie thermique disponible impliquait un coût dissuasif pour la mise en place d’un traitement dans le cas de l’injection. Devant l’émergence de cette filière, nous avons développé une solution brevetée qui valorise de la thermie issue de gaz naturel. Cette chaleur alimente l’évaporateur dont les consommations sont optimisées grâce à la technologie de Compression Mécanique de Vapeur. La chaleur résiduelle est ensuite restituée au méthaniseur, sous forme d’eau chaude, de 60 à 80°C. Avec ce dispositif, 100 % du biométhane produit est injecté dans le réseau, alors que classiquement 15 % sont dévolus au maintien de la température du digesteur. Qui plus est, la consommation thermique globale de l’installation est réduite, grâce aux flux de récupération de chaleur.

Plus d’infos : www.evaporation.fr

Propos recueillis par Nils Bruder