ENR : du nouveau pour la certification passive

Grâce    à    ses    performances    énergétiques    élevées,    une    construction    passive    verra    ses    rejets    de    CO2    maîtrisés.    Pour    autant,    certaines    consommations    –production    d’eau    chaude    sanitaire    ou    chauffage    –    ne    peuvent    pas    être    totalement    éliminées.    Afin    de    les    couvrir,    tout    en    réduisant    leur    empreinte carbone, des porteurs de projet se penchent ainsi sur les énergies renouvelables (ENR).    « La démarche de réduction des besoins énergétiques, portée par le passif, est pertinente, souligne    Axel    Richard,    Chargé    de    mission    au    sein    du    Syndicat    des    énergies    renouvelables.    Ensuite, concernant les besoins subsistants, les ENR, comme le bois par exemple, sont parfaitement adaptées. »
De son côté, le solaire peut couvrir des besoins électriques et thermiques, ouvrant en cela des    perspectives    pour    l’autoconsommation.    Celle-ci    pose    la    question    du    stockage    journalier    ou    saisonnier    de    l’énergie.    Un    sujet    qui    constitue    un    vieux    serpent    de    mer.    Mais    des    solutions    émergent actuellement sur le plan thermique. Concernant la chaleur, cela peut passer par des réservoirs    d’eau    chaude.    Mais    de    plus    en    plus,    les    accumulateurs    de    glace    sont    utilisés    comme    stockage    ultime    du    chaud    et    du    froid    pour    couvrir    tous    les    besoins    du    bâtiment        :    «    La chaleur latente de la glace est un réservoir énorme de calories que l’on peut recharger avec un apport solaire, ou en rafraîchissant le bâtiment. En écrêtant la consommation des pompes à chaleur réversibles, ces systèmes réduisent d’autant les puissances installées, explique    Guillaume    Bourtourault.    »
En attendant de couvrir 100 % des besoins énergétiques, ces solutions permettent d’ores et déjà    de    réduire    les    puissances    des    dispositifs    ENR    à    installer.    En    cela,    elles    s’inscrivent    dans    la    philosophie    passive    de    limitation    des    systèmes    mis    en    œuvre    au    sein    d’un    bâtiment.
ENR : du nouveau pour la certification passive
La    transition    vers    les    ENR    est    désormais    prise    en    compte    par    le    Passivhaus    Institut.    «    Deux    nouvelles    déclinaisons    de    certification    sont    actuellement    développées,    évoque    Étienne    Vekemans,    Président    de    La    Maison    Passive    :    «    Bâtiment    Passif    Plus    »    et    « Bâtiment Passif Premium ». Le premier suppose une production ENR de 60 kWh/m²/ an au minimum, par rapport à l’emprise au sol du bâtiment. Le second fixe un seuil de 120 kWh/m²/an. » Concernant    les    consommations    énergétiques    –    désormais    évaluées    en    Énergie    primaire    Renouvelable    (Ep-R)    –,    le    standard    passif    tombe    à    60    kWh/m2/an    (contre    120 précédemment). Pour le « Passif Plus » et le « Passif Premium », les maximums sont respectivement    de    45    et    30    kWh/m²/an.