Construction unité de méthanisation

DEMETER Energies : cinq constructeurs consultés avant d’arrêter un choix

 Les seuls avec des références en alimentation « 100 % fumiers »

En vue de diversifier ses revenus, le GAEC Biraud-Paillat – implanté à Mauzé-sur-le-Mignon (79) – a initié le projet « DEMETER Energies » autour d’une unité de méthanisation, il y a quatre ans. D’une puissance de 499 kWe, cette installation verra son chantier de construction démarrer en septembre, pour une durée prévisionnelle d’un an. Elle valorisera 21 000 t/an d’effluents d’élevage, de CIVE et d’issues de céréales. Ces intrants sont fournis par le GAEC et onze élevages voisins, dans le cadre d’une convention d’échange « effluents contre épandage de digestat ».

« Dans le cadre de notre projet, nous avons contacté cinq constructeurs qui nous ont fait visiter des sites en service en France, en Allemagne ou en Italie, explique Vanessa Baudrier-Paillat, Ingénieure agricole, chargée du développement de « DEMETER Energies ». Nous avons retenu BTS Biogaz, car avant tout il s’agissait du seul prestataire qui avait une référence en service avec une alimentation « 100 % fumiers ». Cette configuration est très proche de la nôtre. Nous savions donc que les problématiques liées à la présence de matières sèches et fibreuses issues d’élevage seraient bien prises en charge. »

Le constructeur a notamment été sélectionné, car il proposait un process aux apparences robustes : des canalisations de grand diamètre, en inox et non en PVC , des tapis de convoyage et non des vis, un broyeur à marteaux de type industriel, une trémie solide. « BTS Biogaz a su faire preuve d’adaptabilité à l’organisation de notre site (présence de photovoltaïque en autoconsommation, gestion anticipée des nuits et des WE, extraction des sédiments, … toujours avec le soin de faire valider leur service biologique en amont. De plus en termes de conception, certains éléments, comme des pompes ou des vannes, seront également doublés, précise Vanessa Baudrier-Paillat. Il y aura aussi des possibilités de modifier les circuits de circulation de l’ensemble des cuves. Ces paramètres permettront de réparer d’éventuelles pannes, sans avoir à stopper la production. D’ailleurs, dans le cadre d’un contrat de maintenance – nous avons choisi une durée de deux ans en « full service » pour monter en compétences sereinement, puis trois ans en contrat mixte –, le constructeur s’engage à ce que le moteur de cogénération soit alimenté en Biogaz pour une disponibilité d’au moins 8 000 heures par an. »

Paroles de pro : « Une traçabilité sur plus de dix ans »

« Grâce au suivi des installations dont nous assurons l’entretien, nous disposons aujourd’hui de retours de terrain sur plus de dix ans, explique Xavier Chataux, Responsable commercial chez BTS Biogaz. Cette traçabilité nous permet de proposer des choix d’équipements et de conception adaptés à chaque projet auquel nous sommes associés. »

Plus d’infos : www.demeter-energies.fr/