salon SmARTCITy+SmARTGRID

SmARTCITy+SmARTGRID

La rencontre des projets et des solutions

Impulsion politique, adhésion citoyenne et réponse technique adéquate; tout projet de ville intelligente qui ne serait pas solidement ancré sur ces trois pieds aura du mal à s’épanouir.
Car ce triptyque est devenu la base de tout projet « smart city ».
Sans engagement des élus, pas de budget, sans adhésion citoyenne, pas d’appropriation par les habitants, sans réponse technique adéquate, pas de résultats satisfaisants.
Dans un contexte de baisse des dotations del’Etat, les projets smart city apparaissent à la fois comme un moyen très concret d’apporter des réponses tangibles aux problèmes de la ville (circulation,pollution, bruit, stationnement…), comme un moyen de réduire le gaspillage (d’électricité, d’eau…), et comme un moyen d’optimiser les ressources budgétaires disponibles puisque le retour sur investissement fait partie de l’intelligence de la solution.
Or, le ROI de ces projets est mesurable et, la plupart du temps, assez rapide.
Les élus locaux et nationaux, ainsi que les cadres territoriaux, commencent à prendre pleinement conscience de l’intérêt et du potentiel des projets smart pour rendre leurs villes et leurs territoires plus sobres, plus performants et plus attrayants pour les populations comme pour les entreprises.
En témoigne la multiplication des appels à projets et des hackathons sur les « smart city ». L’heure n’est plus aux expérimentations, mais aux projets concrets et aux déploiements.
Pour autant, le débat technique n’est toujours pas clos, puisque les évolutions technologiques amènent oujours de nouvelles briques qui ouvrent de nouveaux horizons (nouveaux capteurs, réseaux bas débit, 5G, intelligence artificielle…). Mais la technique est un outil au service d’une utilité sociétale. On déploie des capteurs et des solutions pour désengorger le trafic, faciliter le stationnement, optimiser la  performance énergétique des bâtiments, mettre en pratique de la démocratie participative via les civic tech…